Atelier Patrice BricoutAtelier Patrice Bricout

By Patrice Bricout

Commode Louis XIV Mazarine

 

Commode Louis XIV Mazarine XVIIIe

Époque début du XVIIIème siècle, cette magnifique commode est construite en placage de loupe de frêne et noyer, olivier, corail et ébène sur un bâti de sapin.
Elle ouvre en façade par trois rangs de tiroirs « en cabochon» dont les filets de bois de corail permettent de souligner les réserves de loupes.

Le décor du plateau marqueté de jeu de réserves aux formes géométriques, déclinées sur la base du cercle et du rectangle mettent en valeur les loupes de frêne et noyer aux entourages de bois de corail.

Les côtés jouent la simplicité avec des figures géométriques emboitées.

Les montants à consoles balustres saillants sont prolongés par des pieds en forme de pieds de bouc chaussés de sabots de bronze striés et feuillagés typique chez Thomas Hache.

La commode est parée d’une ornementation de bronzes à la fois ciselée et dorée, tels que poignées de tirage « aux valets » et entrées de serrure typique des Hache d’époque postérieure.

Le tablier central est orné d’un mascaron et enrichi d’acanthes et chutes en feuilles d’acanthe crispée en bronze doré.

Ce travail s’identifie aux productions de Thomas HACHE à Grenoble.

Commode Dite « Mazarine» en raison de ses montants à consoles balustre saillants, rappelant le mobilier réalisé pour la première fois pour la bibliothèque créée par le cardinal Mazarin en 1643. La commode Mazarine nous rappelle également qu’elle est l’un des tout premiers modèles français de meuble en marqueterie de bois (le plus souvent noyer, olivier et ébène), plus colorée que la marqueterie Boulle de laiton et écaille, appréciée à la fin du règne du Roi-Soleil. De célèbres artisans nés ou passés par les Pays-Bas, comme Pierre Gole ou Jean Macé, diffuseront cette mode en France. Mais ces modèles furent adoptés par plusieurs artisans, dont les membres de la célèbre famille Hache : Noël, tout d’abord, qui passa certainement par l’atelier de Pierre Gole à Paris, puis Thomas, installé à Grenoble. Les plus grands maîtres ont senti tout le potentiel de ces meubles… l’histoire leur a donné raison.

Différentes opérations dans la restauration de la Commode Mazarine

Restauration de la structure complète de la commode,

Restauration du coulissage des tiroirs

Restauration de la marqueterie sur la façade, les côtés, les tiroirs, le plateau et le piètement

Traitement des bois

3 étapes avant, pendant et après

en cours de finition, bouche porage et remplie cirée

bronzes démontés, en cours de nettoyage – pieds en forme de pieds de bouc chaussés de sabots de bronze striés et feuillagés typique chez Thomas Hache

 

By Patrice Bricout

copie Commode Transition Louis XV Louis XVI par Jean Georges SCHLICHTIG

Copie de la Très belle commode Transition Louis XV Louis XVI aux chiffres de Marie-Antoinette réalisée par Jean Georges SCHLICHTIG pour l’appartement de la Reine au Château de Versailles.

Réf livre REVEL capitale du Meuble d’Art  par Philippe Ploquin et Françoise Peuriot – CED présente une commode similaire p 36

Cette rare copie se compose d’une marqueterie d’ivoire, sycomore, buis, ébène, nacre, amarante, palissandre, bois de rose.

La commode repose sur des pieds légèrement arqués vers l’extérieur.
La commode s’agrémente d’une ornementation de bronzes : entrées de serrures, poignées en anneaux mobiles entourant une rosace fixe.

La marqueterie représente des scènes galantes sur les côtés et les façades de tiroirs et un décor central de scènes galantes de la Cour de France dans un paysage architecturé et d’un magnifique damier
Ouvrant en façade par cinq tiroirs sur trois rangs, elle présente des encadrements en filets composés de buis et sycomore teint en vert

Qui était Jean Georges SCHLICHTIG.

Jean Georges SCHLICHTIG. fut reçu maître le 02 octobre 1765, tardivement, puisqu’il était âgé de prêt de 40 ans.
On ignore sa date de naissance mais l’on sait en revanche, d’après l’inventaire de l’atelier fait après décès, qu’il est mort en février 1782.

Il est d’origine allemande, comme pratiquement deux tiers des ébénistes installés rue du faubourg saint Antoine à PARIS, tels WEISWEILER, BVRB, OEBEN, RIESENER…. .
A sa mort, sa veuve a poursuivi l’activité jusqu’en 1787. Sa production s’est donc arrêtée alors que le style Louis XVI était en plein essor.

L’essentiel de la production de SCHLICHTIG date de la période transitoire des styles Louis XV à Louis XVI. Il a marqué une prédilection pour les commodes, dont il a su manier les volumes et les proportions avec aisance.
La mode des meubles marquetés de décors d’architecture s’étend dans les années 1770, en même temps que se développe le courant néoclassique. Les ébénistes continuent de tirer leurs modèles de gravures d’ornemanistes mais l’inspiration suit un registre plus large en accord avec le retour du goût pour l’antique. Architectures, ruines, scènes de port, trophées, vases viennent compléter les motifs de fleurs et rinceaux, frisages et placages en ailes de papillon ou en rosace.

Les ornementations de bronze sont de qualité, souvent discrètes.

État général avant restauration

Commode ayant subi un important dégât des eaux, de nombreux placages étaient décollés en façade et sur les côtés. Le Vernis était détérioré et  blanchi au contact de l’eau.

 

Avant restauration 

 

 

Après restauration 

By Patrice Bricout

Barbière Louis Philippe en acajou

Barbière Louis Philippe en acajou

Barbière Louis Philippe en acajou à quatre tiroirs, un abattant ouvrant sur un intérieur recouvert de marbre blanc de Carrare,
miroir au dos de l’abattant

Constat général suite à un dégât des eaux

le Meuble était décollé de toutes parts et l’eau avait fait son travail de destruction en soulevant les placages d’acajou 
Toute la finition de la barbière était à refaire

Interventions effectuées

Restauration de la structures
Restauration des placages 
Finition vernis au tampon gomme laque
Marbre nettoyé

By Patrice Bricout

commode Art Déco

Désignation des meubles

Ces deux commodes Art Déco sont en palissandre de Rio.

Intervention effectuée

Fortement endommagées, dé-plaquées et sans marbre, les commodes ont été entièrement restaurées

Nous avons reconstitués un piétement en corne végétal, les entrées de serrures et charnières sont en chrome

Le marbre réalisé sur mesure à dimension pour s’encastrer dans le meuble

By Patrice Bricout

Commode Louis XV estampille B. PERIDIEZ

Commode Louis XV estampille B. PERIDIEZ

Commode Louis XV de forme trapézoïdale estampillée de Brice PERIDIEZ

Placages de bois de violette et satiné, marquetés à décor de losanges et plate-bande dans les encadrements.

Deux tiroirs en façade

Les chantournements convexes et concaves des côtés et de la façade se répondent en rythme et forment d’agréables mouvements de belle amplitude.

Ornementations de bronzes dorés et ciselés de belle facture Louis XV : fines poignées volutes, écussons en trou de serrure, chutes, descentes de chutes et sabots sur jambes avant, tablier mouvementé en façade.

Dessus de marbre Griotte de Campan rouge

Brice PERIDIEZ, maître ébéniste à Paris, demeurant grande rue du Faubourg Saint Antoine, mourut en 1757.

Brice Péridiez était connu comme Péridiez le père. Il eut trois fils ébénistes, Gérard, Louis et Pierre- Mathieu,Gérad dit Péridiez l’aîné, né vers 1730, et maître le 27 Juillet 1761, et de Louis Péridiez, dit le jeune, né en 1731, maître le 17 avril 1764.

Brice PERIDIEZ dit PERIDIEZ le Père était un ébéniste fastueux qui a su égaler, Roger Van der Cruze – Lacroix. Il travailla notamment pour son confrère Pierre IV Migeon.

Ne retrouvant pas sa trace sur les listes conservées qu’à partir de 1738, Brice Peridiez a dû obtenir sa maîtrise avant cette date. Son atelier était installé faubourg Saint-Antoine. Toutes ses œuvres font preuves d’une grande qualité d’exécution et une richesse d’invention. On lui connaît de très bons meubles Louis XV en placage de bois de rose ou de bois de violette marquetés de laque de Chine, de dessins géométriques ou de branchages fleuris avec des encadrements à grecques. Il signait ses ouvrages d’une curieuse estampille disposée sur trois lignes.

Commode Louis XV estampille B. PERIDIEZ avant restauration
Commode Louis XV estampille B. PERIDIEZ après restauration

estampille de Brice Peridiez

By Patrice Bricout

Commode XIX estampille de François Linke

Commode XIX estampille de François Linke  ébéniste français d’origine autrichienne. François Linke participe à l’exposition universelle de Paris en 1900 ce qui marqua le sommet de sa carrière. Il meubla les résidences de souverains tels que le roi Fouad 1er d’Egypte, de milliardaires tels que Raphael de Lamar à New York, le roi de l’étain bolivien, Simon Patino ou le comte Devoto.

Commode Louis XIV Mazarine
copie Commode Transition Louis XV Louis XVI par Jean Georges SCHLICHTIG
Barbière Louis Philippe en acajou
commode Art Déco
Commode Louis XV estampille B. PERIDIEZ
Commode XIX estampille de François Linke
Commode Louis Philippe
Rafraîchissoir du 19ème siècle