Atelier Patrice BricoutAtelier Patrice Bricout

By Patrice Bricout

Fauteuil Napoléon III

Fauteuil Napoléon III

Description

Large fauteuil de bureau Napoléon III en noyer .

Modèle à dossier gondole en hémicycle.
Pieds avant galbés, pieds arrières sabres.

Etat général

Fauteuil décollé
Traverse de façade fracturée Finition à refaire
Garniture à remplacer

Après restauration

By Patrice Bricout

Bergères 1er Empire en acajou

Bergères 1er Empire en acajou

Constat général

Bois fracturés, à éclaircir et Garniture à refaire

Après restauration

Garniture refaite, couverture de finition Friedy Giallo Napoli Rever et  Friedy Pavone Rever

By Patrice Bricout

Fauteuils Art Déco

Fauteuils Art Déco

Description

Paire de fauteuils Art Déco dans le goût de Paul Frédéric FOLLOT En acajou et loupe d’Amboine (à vérifier)
à dossier gondole et côtés ajourés, accotoirs à manchettes plates, montants avant à fûts galbés et rainurés, piètement arrière sabre

Etat général

Fauteuils décollés et garniture à refaire 

Après restauration

Référence du Tissu Kieffer by Rubelli Rouge de Sienne

 

By Patrice Bricout

Chaises en acajou Chateau d’Hardelot

Chaises en acajou du Château d’Hardelot prêt par le Mobilier National

Description

Trois chaises en acajou anglaises, base des pieds cabrioles, dossier ajouré violonné

En Cours De Restauration

Chaises décollées, tâches et griffes

Boiserie des chaises blanchies, traces de moisissures

Cuir fatigué, desséché, craquelé, fleur de peau pelée, tâches et moisissures sur les assises

Toile de jaconas usée

Galettes manquantes sur les chaises

Après Restauration

chaises garnies de peaux de chèvre bordeaux

By Patrice Bricout

Chaises acajou Chateau d’Hardelot

Chaises en acajou avec filet du Château d’Hardelot prêt par le Mobilier National

Description

Paire de chaises en acajou avec filet, dossier ajouré et pieds gainés

avant restauration

en cours de restauration

Chaises décollées, tâches et griffes 

Boiserie des chaises blanchies, traces de moisissures

Cuir fatigué, desséché, craquelé, fleur de peau pelée, tâches et moisissures sur une assise

Toile de jaconas usé

Galette manquante sur une chaise

après restauration

chaises garnies de peaux de chèvre bordeaux

By Patrice Bricout

commode Louis XIV dite Mazarine

Commode Louis XIV dite Mazarine

Commode Louis XIV dite Mazarine en placage de poirier noirci sur une âme de sapin à décor géométrique de filets de laiton de forme .
Façade en arbalète, elle ouvre par deux grands tiroirs en longueur et deux petits tiroirs dans la partie haute sur une âme en noyer.
Les montants à consoles balustres saillants sont prolongés par des pieds avant en forme de pieds de bouc chaussés de sabots de bronze, décor d’un double filet
rythmant les montants.
Le décor du meuble est souligné de filets de laiton dessinant les réserves des tiroirs,
Le plateau présente un décor de fleurons, lambrequins dans un encadrement d’entrelacs entouré d’une lingotière de bronze abattue aux angles.
Les côtés sont à décor losangé.
La commode est parée d’une ornementation tels que poignées basculantes et entrées de serrure aux masques Louis XIV de bronzes ciselé et doré
Époque début du XVIIIème

Etat général

Côtés fendus
Fentes sur le plateau
Coulissage des tiroirs 
Filets et  placages décollés et manquants sur l’ensemble du meuble

Finition à refaire
Bronzes à nettoyer et remplacement des sabots 

En cours de restauration par l’atelier

 

 

Restauration de la structure 
Restauration des bois et des filets

Restauration des tiroirs
Restauration de la finition

Fourniture et pose de nouveaux sabots de bronzes à forme pied de bouc

By Patrice Bricout

Commode Sauteuse d’époque Louis XV

Commode Sauteuse d’époque Louis XV

De forme galbée à deux rangs de tiroirs sans traverse, montants pincés galbés à chutes de bronze doré feuillagées prolongés par des pieds cambrés.

Le tablier se confond avec le tiroir inférieur en formant un seul panneau

Placage de bois de rose, bois de violette et amarante, satiné.

La commode comporte une marqueterie de
croisillons et de pointes de diamant dans des
réserves mouvementées composées d’agrafes en amarante.

En façade, un cartouche d’entrelacs se détache du fond et comporte un décor marqueté d’un couple de oiseaux probablement des coqs de bruyère) et papillons agrémentés de bouquets de rinceaux fleuris (lys) et de rubans.

Sur les côtés, on retrouve dans des encadrements une marqueterie identique.

Belle garniture de bronze ciselé à décor de rocailles ajourées, asymétriques, nervurées et contorsionnés fleuries et feuillagées très à la mode sous Louis XV : poignées de tirage, entrées de serrure à enroulements enlacés, chutes, frises sabots
Les meubles royaux, sont marqués par le poinçon en forme de “C” couronné, indiquant l’impôt du Roi de 1745 à 1749.

Dessus de marbre Brèche d’Alep à bord mouluré à bec de corbin

Constat général

Côtés et façades de tiroirs fendus
Coulissage à revoir
Nombreux placages décollés et manquants
Bronzes à nettoyer
Finition à refaire

Interventions effectuées

Démontage du meuble
Dépose des bronzes
Restauration de la structure 
Recollage du meuble 
Restauration de la marqueterie
Restauration du coulissage
FinitionVernis au tampon
Nettoyage et remontage des bronzes

By Patrice Bricout

Table à ouvrage époque Napoléon III Château d’Hardelot – Mobilier National

Table à ouvrage époque Napoléon III @chateau_d_hardelot – dépôts du Mobilier National

Table à ouvrage époque Napoléon III, ouvrant par un abattant garni de casiers compartimentés.

L’abattant de forme mouvementé est agrémenté en périphérie d’un large cartouche sinueux d’arabesques, de rinceaux et d’entrelacs en laiton, au centre un bouquet fleuri en marqueterie de placage de corail, sycomore, érable teinté, poirier.
Une fine ornementation de bronze ciselé et doré tels que chutes d’angles à figures féminines, palmettes et masques sur les 4 faces de la ceinture, lingotières de feuilles de laurier et rais-de-cœur.
L’ensemble repose sur un piétement à quatre pieds cambrés ponctués de sabots en enroulements feuillagés.
Dimension 0,72 x 0,63 x 0,43 cm

Constat d’état

Filets manquants sur la ceinture et les pieds
Nombreux filets en laiton décollés sur la ceinture, le dessus et les pieds
Motifs en laiton (rinceaux)manquants sur le plateau
Éclats de placages sur l’ensemble du meuble, soulèvement de placages sur la partie intérieure
Nombreux bronzes à nettoyer, finition vernis or

Serrure et clef absent (non prévu dans le devis de restauration)

Finition à refaire

Restaurations effectuées

Démontage des bronzes

Restauration de la structure de la table à ouvrage
Restauration des placages

Restauration des laitons
Dévernissage des bois
Remise en couleur : noir
Vieillissement des bois
Finition vernis au tampon gomme laque naturelle
Nettoyage des bronzes
Finition vernis or
Remontage des bronzes

By Patrice Bricout

Commode Louis XIV Mazarine

 

Commode Louis XIV Mazarine XVIIIe

Époque début du XVIIIème siècle, cette magnifique commode est construite en placage de loupe de frêne et noyer, olivier, corail et ébène sur un bâti de sapin.
Elle ouvre en façade par trois rangs de tiroirs « en cabochon» dont les filets de bois de corail permettent de souligner les réserves de loupes.

Le décor du plateau marqueté de jeu de réserves aux formes géométriques, déclinées sur la base du cercle et du rectangle mettent en valeur les loupes de frêne et noyer aux entourages de bois de corail.

Les côtés jouent la simplicité avec des figures géométriques emboitées.

Les montants à consoles balustres saillants sont prolongés par des pieds en forme de pieds de bouc chaussés de sabots de bronze striés et feuillagés typique chez Thomas Hache.

La commode est parée d’une ornementation de bronzes à la fois ciselée et dorée, tels que poignées de tirage « aux valets » et entrées de serrure typique des Hache d’époque postérieure.

Le tablier central est orné d’un mascaron et enrichi d’acanthes et chutes en feuilles d’acanthe crispée en bronze doré.

Ce travail s’identifie aux productions de Thomas HACHE à Grenoble.

Commode Dite « Mazarine» en raison de ses montants à consoles balustre saillants, rappelant le mobilier réalisé pour la première fois pour la bibliothèque créée par le cardinal Mazarin en 1643. La commode Mazarine nous rappelle également qu’elle est l’un des tout premiers modèles français de meuble en marqueterie de bois (le plus souvent noyer, olivier et ébène), plus colorée que la marqueterie Boulle de laiton et écaille, appréciée à la fin du règne du Roi-Soleil. De célèbres artisans nés ou passés par les Pays-Bas, comme Pierre Gole ou Jean Macé, diffuseront cette mode en France. Mais ces modèles furent adoptés par plusieurs artisans, dont les membres de la célèbre famille Hache : Noël, tout d’abord, qui passa certainement par l’atelier de Pierre Gole à Paris, puis Thomas, installé à Grenoble. Les plus grands maîtres ont senti tout le potentiel de ces meubles… l’histoire leur a donné raison.

Différentes opérations dans la restauration de la Commode Mazarine

Restauration de la structure complète de la commode,

Restauration du coulissage des tiroirs

Restauration de la marqueterie sur la façade, les côtés, les tiroirs, le plateau et le piètement

Traitement des bois

3 étapes avant, pendant et après

en cours de finition, bouche porage et remplie cirée

bronzes démontés, en cours de nettoyage – pieds en forme de pieds de bouc chaussés de sabots de bronze striés et feuillagés typique chez Thomas Hache

 

By Patrice Bricout

Console desserte Louis XVI en acajou et placage d’acajou estampillée Charles-Erdmann RICHTER

Console desserte Louis XVI

Console desserte Louis XVI en acajou et placage d’acajou baguettée de cuivre et de filets d’ébène
Ornementation de bronzes ciselés et dorés et fond en miroir

Dessus en marbre d’Italie gris bleu aux stries blanches et noires dit marbre bleu turquin (Bardiglio) est entouré d’une galerie ajourée en laiton.
En partie basse, tablette d’entrejambe de marbre bleu turquin ceinte d’une galerie ajourée en laiton.
Les montants sont à colonnes cannelées.
Elle ouvre par un tiroir et repose sur quatre pieds toupies baguées et petits sabots de forme cylindrique.
Epoque XVIIIe siècle.
Ce meuble témoigne de la qualité d’ébénisterie de la fin du règne de Louis XVI, dans l’équilibre et la sobriété.

estampille RICHTER Charles-Erdmann

Charles-Erdmann Richter – Ébéniste. Maître le 4 février 1784.
Fournisseur du Mobilier de la Couronne.
Il se distingua dans la fabrication des meubles en acajou, tels que des bureaux à cylindre, des bibliothèques, commodes et consoles, des tables de fantaisie…
Etabli à Paris à partir de 1781, Il produisait des meubles en acajou de qualité et fournissait également d’autres ébénistes, tels que Riesener : plusieurs meubles portant leurs deux estampilles attestent de cette collaboration. On relève aussi une parenté notable entre son œuvre et celle de Weisweiler.
Sa clientèle comprenait Monsieur, frère du roi et futur roi Louis XVIII, laGarde Meuble impérial en 1811.

Avant restauration

 

en cours de restauration 

après restauration

1 2 3 8
Fauteuil Napoléon III
Bergères 1er Empire en acajou
Fauteuils Art Déco
Chaises en acajou Chateau d’Hardelot
Chaises acajou Chateau d’Hardelot
commode Louis XIV dite Mazarine
Commode Sauteuse d’époque Louis XV
Table à ouvrage époque Napoléon III Château d’Hardelot – Mobilier National
Commode Louis XIV Mazarine
Console desserte Louis XVI en acajou et placage d’acajou estampillée Charles-Erdmann RICHTER